L’esthétique numérique : du monde virtuel au design d'intérieur


Au-delà des pixels

Par Gretta Louw

La culture est une entité vivante ; une boucle en rotation constante entre les gens et leur environnement - et bien que la technologie que nous concevons soit certainement née d'un ensemble spécifique de paramètres culturels, notre progéniture technologique fait à son tour partie du milieu dont découle l'évolution culturelle. Autrement dit, nous façonnons les nouvelles technologies, mais elles nous façonnent aussi.

La révolution numérique - qui a soudainement mis l'accès à Internet dans nos foyers, puis dans nos poches - a suralimenté l'évolution culturelle continue et progressive. Le flot d'images auxquelles nous sommes tous exposés chaque jour catalyse un rythme frénétique de tendances, de thèmes et de variations dans le langage esthétique, lui-même favorisé par la facilité avec laquelle les artistes et les designers peuvent échanger entre eux leurs inspirations grâce aux plateformes numériques. L'impact de cette technologie sur les domaines créatifs est profond - et les designers de produits et d'intérieurs sont souvent confrontés dans leur travail à l'afflux d'un langage visuel axé sur la technologie.

L'essor de la communication visuelle numérique commence avec l'augmentation du pixel, la méthode la plus courante pour décomposer une image en petits paquets de données qui peuvent être facilement envoyés dans le monde entier et reconstitués de l'autre côté. Cette façon de penser le visuel - en haute ou basse résolution, clair ou pixelisé - a donné naissance à une nouvelle façon de penser les objets eux-mêmes. Le designer d'avant-garde Kunihiko Morinaga de la maison de design japonaise Anrealage a créé une ligne de vêtements et de mobilier pixelisés en 2011, ramenant les bords dentelés des images numériques de basse qualité dans le monde analogique avec un tapis persan  faux et une table à manger classique avec un profil 8-bit. La collection Piccadilly de Boca do Lobo pour Covet Paris mélange également des références classiques et des détails géométriques impeccables qui donne l'impression que la photo d'une antiquité n'a pas fini son téléchargement - un traitement d'image numérique qui sort du monde virtuel et entre dans l'espace réel.

Contrairement à la photographie numérique, les graphismes de jeux vidéo et les réalités virtuelles sont souvent construits à partir de soi-disant polygones. Ces formes linéaires sont combinées dans les moindres détails pour créer des formes 3D générées par ordinateur qui peuvent, dans le cas de designs  « high-poly », paraître incroyablement réalistes. Les graphismes à faible polyvalence, par contre, sont facettés ; une combinaison de formes géométriques qui se rapproche du contour d'objets curvilignes.

L'artiste Matthew Plummer Fernandez a inversé le processus d'approximation des objets analogiques dans l'espace numérique dans sa série Digital Natives (2012), dans laquelle les objets quotidiens sont d'abord numérisés en 3D, puis manipulés avec un algorithme, avant d'être réalisés sous forme de récipients imprimés en 3D. Les Poligon Cups de Sander Lorier pour Studio Lorier jouent également avec la notion de représentation numérique d'un objet dans l'espace physique ; comme le dit le designer, c'est « de la vaisselle en porcelaine à basse résolution. »

Top image: Glitch portrait by media artist Roͬͬ͠͠͡͠͠͠͠͠͠͠͠sͬͬ͠͠͠͠͠͠͠͠͠aͬͬ͠͠͠͠͠͠͠ Menkman. Bottom image: Glitch image by Roͬͬ͠͠͡͠͠͠͠͠͠͠͠sͬͬ͠͠͠͠͠͠͠͠͠aͬͬ͠͠͠͠͠͠͠ Menkman, commissioned by Dior for the Lady Purse dinner at the Museum of Modern Art Tel Aviv. Photo © Roͬͬ͠͠͡͠͠͠͠͠͠͠͠sͬͬ͠͠͠͠͠͠͠͠͠aͬͬ͠͠͠͠͠͠͠ Menkman Aussi astucieux que soient nos nouveaux accessoires numériques, et même si les géants de la technologie veulent perpétuer le mythe de la perfection, tous ceux qui ont eu plus d'une interaction avec le numérique savent que l'interruption et la panne du signal - en un mot, le bug - sont toujours récurrents. Ce qui initialement était un facteur irritant involontaire a rapidement été repris par les artistes et les designers comme une percée esthétique et une critique politique. L'une des premières reines du bug, l'artiste Rosa Menkman, a  écrit un manifeste sur les raisons pour lesquelles ces erreurs numériques distinctives ont de la valeur en soi. En 2009, elle a écrit que le bug « est une expérience merveilleuse d'interruption qui éloigne un objet de sa forme et de son discours ordinaire. »

Ces mots se traduisent dans le travail du designer Pietro Ferruccio Laviani, qui a redéfini la menuiserie artisanale pour l'ère numérique avec la série Good Vibrations. Il réinterprète les archétypes du meuble à travers l'oeil d'un bug informatique et en révèle des détails exquis. Dans une autre approche, le designer américain Christopher Stuart a créé la série Constructs & Glitches pour The Future Perfect en collaborant, dans un sens, avec les défauts et les erreurs des logiciels de CAO qui sont généralement l'ennemi juré du designer. Cela a permis à ces artefacts numériques non intentionnels de devenir partie intégrante de la forme finale des pièces.Glitch Textiles, créé par le designer de Brooklyn Phillip David Stearns, en 2012, adopte également la vision déstabilisante du monde que le bug engendre. Tout ce genre de production créative peut être interprété comme une exploration de la façon dont les algorithmes et les machines « voient » le monde et, d'un autre côté, comment nos interactions avec eux influencent notre propre perception.

Cette fusion de la machine et de la vue humaine ne conduit pas toujours vers de la pixellisation et de l'abstrait - c'est parfois tout à fait le contraire. Après l'invention de technologies comme le microscope et les télescopes à haute puissance, ainsi que l'explosion de la numérisation et de l'impression 3D, notre capacité de voir réellement le monde physique et naturel est amplifiée. Jetez un coup d'œil à la lampe de bureau Matterlight du designer suisse Boris Dennler , par exemple. Faite de résine, laiton, noyer et LED, la lampe est une réplique précise du célèbre pic Matterhorn  réalisée grâce à la cartographie 3D et aux drones. Grâce à nos nouveaux « yeux » technologiques, nous sommes en mesure de voir et de reproduire une forme qui, autrement, dépasserait la portée de notre vision.

Meuble Binary par Benjamin Rollins Caldwell Photo © Benjamin Rollins Caldwell L'aspect matériel, le côté tangible d'Internet et des technologies numériques, sont souvent négligé. Le mythe du numérique désincarné - l'idée que le monde virtuel est en quelque sorte un univers parallèle et exclusif au monde physique des câbles, de la production d'énergie et des processeurs électroniques - est omniprésent. L'impact de ce discours public autour de la technologie est dramatique. Il n'est donc pas étonnant que tant d'artistes et de designers s'y opposent par leur travail, attirant l'attention sur les fondements tout à fait physiques et gourmands en ressources de tout ce qui est numérique. L'artiste-designer américain Benjamin Rollins Caldwell a créé sa remarquable collection Binary en 2011 : une série de tables, chaises et meubles de rangement uniques arborant des composants électroniques obsolètes, et soulignant la richesse esthétique de ces éléments hautement techniques qui sont normalement cachés de la vue. Ce projet attire également l'attention sur les masses de déchets électroniques créées par notre engouement pour les nouveautés et la culture de l'obsolescence programmée.

L'artiste-designer américain Benjamin Rollins Caldwell a créé sa remarquable collection Binary en 2011 : une série de tables, chaises et meubles de rangement uniques arborant des composants électroniques obsolètes, et soulignant la richesse esthétique de ces éléments hautement techniques qui sont normalement cachés de la vue. Ce projet attire également l'attention sur les masses de déchets électroniques créées par notre engouement pour les nouveautés et la culture de l'obsolescence programmée.


L'expansion des technologies numériques, des appareils et de l'Internet dans presque tous les aspects de la vie quotidienne, de la culture et des arts est l'un des facteurs les plus importants qui façonnent la société du 21ème siècle. Le design s’y trouvant être l'un des carrefours de la culture et de la production étant le mieux placé pour à la fois questionner et, dans certains cas, orienter notre engagement à l'égard des technologies de pointe. Qu'il s'agisse de pièces expérimentales et critiques élevées au rang d'objets d'art ou de designers qui incorporent des formes numériques dans nos intérieurs et qui démontrent ainsi l'enchevêtrement inextricable du virtuel et du réel : ce terrain fertile est sûr de produire un design passionnant, engageant et conceptuel pour les décennies à venir.

 

*Pour plus d'inspiration sur le design digital, découvrez notre article Représentation Digitale dédié à sept collections d'objets de design réalisées artisanalement avec des processus technologiques.

 

  • Text by

    • Gretta Louw

      Gretta Louw

      Née en Australie, élevée en Afrique du Sud, Gretta vit désormais en Allemagne. Elle est une globe-trotteuse, une artiste multi-disciplinaire et une amoureuse des langues. Elle a obtenu un diplôme en Psychologie et a un penchant très avant-gardiste.

Découvrez plus de produits