Le mobilier est en phase avec la mode dans la nouvelle collaboration Telami x Odeeh


L’été éternel

Par Emma Lucek

L'art influence la mode ; ou pensez-vous que c’est l’inverse ? Quoi qu'il en soit, il est clair que les deux disciplines sont imbriquées de façon intrinsèque et flirtent continuellement l'une avec l'autre ; se faisant des clins d'œil dans les galeries et s'envoyant des baisers sur les podiums. Cette relation s'est d’ailleurs tout naturellement élargie au monde du design d'intérieur.

L'un des exemples les plus flagrants se trouve dans la collection IKEA conçue par Virgil Abloh, le nouveau directeur artistique de Louis Vuitton pour la collection Homme. Dans ce cas préci, Abloh colle ses motifs bien connus sur les tapis et les sacs à provisions d’IKEA. D’autre part, ce type de collaboration entre le design d'intérieur et la mode peut aussi donner naissance à plus de subtilité et de grâce.

Prenons l'exemple de la récente collaboration entre le duo de créateurs de mode berlinois ODEEH et la marque de meubles italienne Telami, dont le directeur créatif n’est autre que Leo Prusicki. La première présentation - installation moitié mobilier, moitié défilé de mode - s'est déroulée dans l'immense jardin du Pavillon Schinkel lors du Berliner Mode Salon en juillet. Otto Drögsler et Jörg Ehrlich d'ODEEH ont mis en oeuvre leur interprétation chic et ludique du design textile aux modèles de chaises papillons de Telami. La qualité, l'artisanat et le style audacieux étaient au premier plan.

Après avoir été regroupée dans le jardin, la foule raffinée a découvert le fruit de la collaboration des deux labels : une vingtaine de chaises Tripolina de Telami se trouvaient dans une zone délimitée et étaient tournées dans différentes directions. Elégantes dans la forme ; fantaisies dans la couleur. Après le spectacle, lorsque j'ai attrapé Otto Drögsler, il m'a expliqué l'inspiration liée aux imprimés. « Nous voulions jouer avec les estampes hawaïennes et cette idée d'un été éternel. » 

Ces motifs d'inspiration hawaïenne constituent la base des imprimés floraux et organiques. Ensuite des motifs propres et graphiques y sont superposés dans le style d'ODEEH - c’est un bouleversement des formes audacieuses de Gio Ponti's des années 1950, nous explique Otto, ajoutant à la fois des strass colorées et inclinées de façon traditionnelle.

Au moment où la musique commence, les portes arrières du palais du prince héritier s'ouvrent et, un par un, des modèles élégants défilent en file indienne. Ils s’arrêtent dans une formation rythmée et dispersée sur les marches et applaudissent. Les mannequins descendent ensuite et commencent à marcher autour de la zone encerclée - leur podium d’herbe - au fur et à mesure que les personnes rassemblées se rafraichissent et enregistrent l'événement pour leurs followers impatients. Les modèles, tels que le veut la chorégraphie, s'arrêtent devant diverses chaises - certains assis, d'autres debouts - en une interprétation des chaises musicales la mieux habillée que j’ai jamais vu. Ils sont vêtus de la nouvelle collection ODEEH, dont le tissu chuchotent des références à celui des chaises. Les manches volumineuses et transparentes au vent se détachent des gilets sur mesure. Les textiles des modèles ressemblent aux cousins les plus délicats, qui sont imprimés en Italie sur une toile solide et résistante. Certains modèles se répètent, d'autres sont uniques, mais il semble y avoir une conversation claire entre les deux collections.

Défilé Telami x Odeeh au Schinkel Pavillon pendant la Berlin Fashion Week Photo © Pedro Gething pour Pamono  En regardant ces collections, il est clair que la nature dynamique du vêtement - dans le fait qu'il se déplace avec notre corps - ne disparaît pas une fois appliquée sur les chaises. Otto nous a expliqué qu'il n'est pas si différent de concevoir un tissu qui n'est pas destiné à se déplacer avec le corps, mais qui est plutôt figé à l'intérieur d'un espace. Cette pensée tridimensionnelle fait en sorte que les dossiers des chaises sont également ornés de motifs vivants. Cette chaise n'est pas une plante murale.

 

Pour Telami, comme Leo Prusicki et sa collègue Carola Rho me l'ont expliqués lors du salon, toute l'équipe est très enthousiaste car « les possibilités de collaboration sont infinies. » Cette année, lors du Salone del Mobile à Milan, ils ont dévoilé un co-branding exclusif avec des galeristes milanais du design - dont l'un des noms les plus en vue dans le design :Rossana Orlandi. Celle-ci a d'ailleurs créé une collection de Director Chairs de Telami revêtues de tissus Dedar, un mélange unique de tartan, de pied de poule et de tissage de coton jacquard.

Avec un large horizon devant eux, Telami continuera à collaborer avec des créateurs de mode et d'intérieur qui souhaitent jouer avec les variations infinies de textures, de couleurs et de matériaux pour exprimer au mieux l'identité et le style de vie des personnes qui les choisissent, tout comme le font les créateurs de mode. Rien n'est impossible. (Pas même une collection exclusive pour Pamono. Restez à l'écoute....)

 

 

  • Text by

    • Emma Lucek

      Emma Lucek

      D'origine polonaise, Emma est née au Royaume-Uni et vit actuellement à Berlin. Elle a reçu une formation axée sur la recherche et le design. En plus d'aider Pamono à dénicher des vendeurs géniaux, elle travaille également sur des textes critiques dans les domaines de l'art, l'architecture, la théorie culturelle et le journalisme du design.
  • Photos by

    • Pedro Gething

      Pedro Gething

      Multitalented, full of good ideas, and curious about almost everything—especially his adopted home Berlin—Pedro is a Portuguese-British photographer with a degree in design. We like to have him in the office working on our photos as much as possible, but when we reluctantly let him go, he can found traveling and just generally exploring the world.

Découvrez plus de produits