En associant un axe curatorial à des opportunités commerciales, le salon de design Operare organisé à Turin offre de nouvelles réponses aux éternelles questions du secteur


Pourquoi le Design ?

Par Carlotta Trevaini

Quelles causes le design peut-il servir ? Quels messages peut-il transmettre ? Et comment peut-il refléter les valeurs de la société contemporaine ? Voilà les questions qui ont motivé le travail de la conservatrice Alice Stori Liechtenstein dans l’organisation de l’édition 2017 d’Operare intitulée « Why Design? »

Situé dans le Lingotto de Turin - une ancienne usine Fiat centenaire transformée dans les années 1980 par Renzo Piano en un centre culturel - Operae est un événement de design contemporain indépendant qui fait de plus en plus parler de lui à chaque nouvelle édition. Comme d’autres salons internationaux annuels, Operae permet aux galeries et aux designers de présenter leur travail aux acheteurs, journalistes et amateurs de design via une plateforme. Toutefois, son succès grandissant tient à la manière dont il se distingue des événements concurrents : chaque année, un conservateur invité développe un thème unique que les participants (sélectionnés sur invitation uniquement) doivent aborder dans leurs présentations. Le programme compte également de multiples conférences et ateliers tout en offrant un système de communication qui encourage les rencontres d’entreprises. À Operae, l’association d’un axe curatorial et d’opportunités commerciales résulte en un bouillonnement d'énergie positive.

Cette année, la partie dédiée aux galeries de Operare comptait 14 exposants italiens et internationaux —dont Galleria Luisa delle Piane, Great Design Galleryet Swing Design Gallery, entre autres—offrant une sélection diverse d’objets de design de qualité au caractère conceptuel, produits en petites quantité et généralement faits à la main. Bien que l’approche esthétique et la fonction des objets variaient d’une galerie à l’autre, ils ont souligné ensemble l’intérêt profond et continu que porte le design de collection actuel à la recherche de synergies entre les traditions artisanales, les technologies d’avant-garde et les valeurs sociales.

Des designers indépendants et autonomes figuraient dans une section à part du salon d’Operae. Bien que leurs pièces affichaient un prix plus abordable que celles des galeries, en tant que groupe ces talents émergents montraient le même engagement pour la production de pièces artisanales complexes. L'héritage des arts décoratifs traditionnels italiens étaient superbement exprimé dans le travail de 4P1B, Portego, Stories of Italyet Zpstudio. D’autres étaient à l’avant-garde d'expérimentations originales - comme les installations luminaires oniriques d’Alice Valfrè, les réinterprétations pop de fontaines d’intérieur antiques d’Arthur Hoffner, le décor et les luminaires délicats et parfumés d’Astrid Luglio et les miroirs en verre soufflé « superstitieux » de Dafi Reis Doron's.

Medusa conçue par Elena Salmistraro, fabriquée par Trakatan et dirigée par Camp Gallery pour PHM à Operae 2017 Avec l'autorisation d'Operae D’autres projets remarquables de designers indépendants incluaient Love Me Love Me du collectif milanais Mamarocket, réunissant le travail de plusieurs studios (Serena Confalonieri, Foro Studio, Reiecta, Sovrappensiero et Dozen en partenariat avec Marco Ripa), dans des pièces conçues pour défendre le droit d’aimer et d’être aimé. Le studio Tellurico basé à Eindhoven, dirigé par le designer italien Francesco Pace, a souligné les singularités du fonctionnement du cerveau humain dans la collection Familiar Stranger. Cette série d’objets indéfinis sculptés à la main a été modelée sur des formes ordinaires invisibles à l’œil nu provenant de photographies ultra-rapides capturant des choses ordinaires en mouvement. En contemplant les pièces, le visiteur doit lutter avec l’inconfort que créé les dissonances cognitives pendant que son cerveau travaille instinctivement à y apporter du sens. Et Nadja Zerunian de zerunianandweisza joué avec la confusion entre la beauté et de la bonté dans un set artisanal délicatement composé de plateaux contenant des éléments dangereux et potentiellement empoisonnants.

Depuis 2014, un des composants essentiels des salons d’Operae est « Piemonte Handmade » (PHM), un programme qui invite un groupe de galeristes, de studio de design et d’artisans basés au Piémont afin qu’ils collaborent sur la conception d’une collection de design collectible. Dix équipes étaient présentes cette année et parmi les pièces remarquables de la collection, citons Chest of Wonders, un banc tapissé d’un coussin avec des incrustations de motifs arlequins exquis conçu par Matteo Cibic, fabirqué par DOC et supervisé par Secondome Gallery; et Medusa, un siège suspendu, tapissé de cuir et richement orné par Elena Salmistraro, fabriqué par Trakatan, et supervisé par Camp Gallery. Nous n’en avons retenu que deux mais tous les projets de PHM mériteraient d’être mentionnés.

Nous avons contacté notre amie et curatrice Stori Liechtenstein pour la féliciter d’avoir conçu une exposition à l’organisation sans faille et lui demander si elle était satisfaite du résultat. « Je suis très satisfaite de cette édition d’Operae » nous a-t-elle confié, « l’exposition a vraiment réussi à montrer toute la diversité du design ainsi que la nécessité d’une nouvelle définition pour cette discipline. Les distinctions entre les objets d’art et les objets de design sont purement académiques - une fois qu’ils entrent dans nos intérieurs, un dialogue magnifique s’établit entre l’art et le design. Sur un plan plus personnel, j’aimerais travailler davantage avec des galeries.»

Tout comme la dernière édition du salon conçue par Annalisa Rosso, nous avons apprécié le mélange dynamique de designers connus et moins connus, de pièces conceptuelles et artisanales. Nous attendons avec impatience l’annonce du conservateur ou de la conservatrice de la prochaine édition.

 

  • Text by

    • Carlotta Trevaini

      Carlotta Trevaini

      Originaire de Turin en Italie, Carlotta fait partie de notre charmante équipe de sourcing. C'est aussi une grande fan d'art urbain et de café. Avant d'arriver à Berlin l'année dernière, elle a passé quelque temps à explorer l'Australie et à étudier la politique et l'économie en Italie et au sud de l'Allemagne. Même si la vue des Alpes sur l'horizon lui manque, elle aime la scène créative inspirante de Berlin et son “environemment détendu et multiculturel”.

Découvrez plus de produits