Comment Dutch Invertuals est devenu une ressource incontournable pour les découvreurs de talents


Un projet pour les connaisseurs

Par Annalisa Rosso

Tout a commencé par hasard en 2009, à Milan, lors d’une exposition éponyme présentant les travaux d’un collectif de designers indépendants nouvellement formé, originaire d’Eindhoven. Les participants partageaient un enthousiasme certain à explorer de nouvelles tendances de recherches sur le plan international et ce sans se soucier de l’accessibilité de leurs installations au grand public.

La stratégie a immédiatement payé et les professionnels du design du monde entier les ont acclamés. Les expositions suivantes—deux par an à Milan et Eindhoven—ont continué à explorer l’abstrait, des thèmes costauds allant de Conflict (2012) et Happy Future (2014) à Advanced Relics (2016). Aujourd’hui, Dutch Invertuals est reconnu comme une opportunité à ne pas manquer pour le design le plus prometteur originaire des Pays-Bas, mais aussi comme une ressource essentielle pour les galeristes, curateurs, collectionneurs et entreprises en recherches de nouveaux talents.

Depuis le début, le projet Dutch Invertuals a été conduit par la fondatrice, curatrice et directrice artistique Wendy Plomp. « Nous avons partagé notre vision du design, » raconte-t-elle, « dans le but de promouvoir une compréhension plus approfondie de la relation qu’il y a entre le design et le contexte physique, l’identité et la culture—chacun d’entre nous avec le même engagement, la même mentalité et la même envie de travailler ensemble pour créer quelque chose de nouveau. » Intellectuelle et idéaliste, Plomb est une source d’inspiration pour un éventail impressionnant de collaborateurs.

Germans Ermičs, Pepe Heykoop, Odd Matter , Arnout Meijer, OS ∆ OOS , Michael Schoner, Studio Truly Truly, Philipp Weber, et Hongjie Yang—ce n’est ici qu’un petit échantillon des différents studios ayant contribué aux expositions des Dutch Invertuals à travers les années. Lorsqu’on leur demande les raisons de leur participation, presque tous citent l’opportunité de pouvoir expérimenter librement et d’évoluer dans une ambiance amicale et enrichissante.

Wendy Plomp, curatrice de Dutch Invertuals Photo © Edhv, Architects of Identity Les designers ne veulent plus devenir de superstars… Ils se mettent en équipe et travaillent ensemble Prenons, par exemple, un commentaire de Daniera ter Haar et Christoph Brac du studio de graphisme Raw Color, qui ont joué différents rôles pour Dutch Invertuals notamment ceux d’exposants, de curateurs invités et de designers en communication: « Le dynamisme [autour du projet] permet aux designers d’échanger ensemble et d’enrichir leur pratique. Nous le considérons comme un terrain de jeux qui aide une génération de designers à se développer et s’établir, et qui débouche sur relations professionnelles et amicales. »

L’artiste et designer Carlo Lorenzetti se réjouit : « Le travail [avec Dutch Invertuals] se situe souvent en dehors de ce que l'on considère traditionnellement comme du design. C’est exactement ce qui rend les choses intéressantes. » Et Daphna Laurens de rajouter : « Participer ensemble au Dutch Invertuals nous a fait comprendre que collaborer nous rend plus fort ; cela nous stimule à trouver de nouvelles idées, de nouveaux points de vue et cela nous fait grandir. »

Dans l’attente de la prochaine édition de la Milan Design Week, et en préparation du moment de l’année où le monde design international se réunit pour découvrir les nouveautés, nous avons contacté Plomb pour parler de l’impact que Dutch Invertual a eu sur le paysage du design contemporain, et plus spécialement sur ceux investis dans la quête de talents, la collection, la recherche ainsi que dans le dialogue.

 

AR : Rappelez-nous votre première exposition à Milan. Quels sont vos souvenirs les plus marquants de cette période ?

WP : En tant que groupe, nous n'étions pas conscients de l’impact que nous avions à la suite de notre présentation à Milan. Nous nous sommes simplement lancés, poussés par cette incroyable envie de créer, de développer et d’inventer. Mais ce n’était pas juste le travail [que nous exposions] qui importait, car il s’agissait uniquement du résultat final. Nous étions plus concernés par les procédés, le dialogue, et avoir une approche active. Nous nous sommes incités à penser différemment, et cela nous a amené vers de nouveaux concepts, de nouvelles visions et donc de nouvelles créations. Chaque designer impliqué se sentait responsable pour tous les autres. C’est pourquoi, tous ensemble, nous étions capables de créer cet impact. La plupart ont été tellement excités par cet aspect collaboratif qu’ils ont voulu continuer une fois de retour à Eindhoven.

AR : À travers les années, vous avez endossé une responsabilité remarquable pour le design néerlandais contemporain. Pourquoi avez-vous choisi cette voie ?

WP : Après l’obtention de mon diplôme à la Design Academy, j’ai construit ma propre vision du design. Pour moi, le design est un procédé d’opposition et de renversement des choses ; un inversement. C’est d’ailleurs l’origine du mot « Invertuals ». C’est comme voir le monde à l’envers, depuis un angle radicalement nouveau. J’aime travailler avec des designers et artistes venant de différentes disciplines dans le but de repenser certaines idées depuis une perspective inattendue. Dutch Invertuals c’est avant tout défier les limites du design.

Campagne de Raw Color pour l'Exposition AR : Pouvez-vous nous en dire plus sur les relations établies avec les designers avec qui vous avez collaboré ?

WP : Je fais des recherches sur les jeunes designers— je les sélectionne ou je les “chasse” si l’on peut dire. L'éthique de leur travail ainsi que leur approche doit correspondre à la mentalité de notre collectif. Il est ensuite très important de développer une relation étroite avec chacun d’entre eux. Il est important de connaître un designer sur le plan personnel afin d’en tirer le meilleur et de créer une dynamique de groupe confortable. Nous nous voyons donc toutes les deux semaines. Et je les coache dans le but de mener leur travail au niveau supérieur.

AR : Après presque 20 expositions à Eindhoven et Milan depuis 2009, quels changements avez-vous remarqué dans le domaine du design ?

WP : J’ai remarqué que beaucoup de designers ne voulaient plus devenir de superstars; ils ne veulent pas être célèbres. Ils aiment se mettre en équipe et travailler ensemble. Il est nécessaire de travailler de cette façon, de pousser le design vers de nouvelles directions, de créer de nouveaux objets et motifs. D’une certaine façon, le design est devenu plus transparent, il y a davantage de partage de connaissances. Ensemble dans ce domaine, nous explorons notre futur et notre habitat. Nous créons des objets utilisables plutôt que fonctionnels.

AR : Pensez-vous que le design néerlandais est différent des autres designs nationaux ?

WP : Il y a un sens de la responsabilité sociale très développé ainsi qu’une conscience liée à notre futur dans le design néerlandais actuel. Les expositions et les événements montrent qu’ici, les designers essaient de faire la différence de différentes façons. Le but ultime n’est plus d’avoir le meilleur produit [à vendre] ; mais plutôt d'être responsable socialement, de définir et de se projeter dans l’avenir. 

AR : Dutch Invertuals se concentre sur l’apport de visions, de recherches, d’expérimentations et de passion dans le design. Cependant chaque manifestation présente une sélection très intéressante d’objets à collectionner. Quelle est votre point de vue sur le design de collection ?

WP : Collectionner c’est notre nature, notre instinct. C’est quelque chose par lequel l’humain sera toujours fasciné. Les objets créés par le collectif Dutch Invertuals ont l’air utilisables mais n’ont pas encore de réelle fonction. C’est le langage exprimé par leur forme et leur personnalité qui les rend attrayants aux yeux des collectionneurs. Ce n’est pourtant pas le cœur de notre travail. Ce qui nous intéresse davantage c’est de façonner des récits plutôt que de présenter du design à collectionner. Nous ne faisons pas seulement des expositions ; nous présentons aussi notre vision à travers d’autres médiums tels que le développement d’intérieurs ou la création de livres de tendances. De cette façon, nous partageons nos connaissances et nos expériences avec les clients et les entreprises.

AR : Parlez-nous un peu de votre public

WP : Nous avons nos « ambassadeurs »— ceux qui nous suivent depuis le début. Je parle ici de designers, de curateurs, de vendeurs d’arts ainsi que de suiveurs de tendances. Ils veulent rester en permanence à la pointe de ce genre de choses, être inspirés et absorber les nouvelles idées comme des éponges. De temps à autre, ils emportent ces idées avec eux et les utilisent dans leur propre pratique.

AR : Vos prochains plans pour Dutch Invertuals?

WP : Après 8 ans, nous sommes devenus une marque mature. Nous allons continuer de repousser nos limites et bien entendu continuer d’inventer. Mais aussi, par exemple, nous avons commencé cette année à faire des vitrines pour Selfridges à Londres. Nous sommes très motivés par certains futurs projets. Main dans la main avec nos fidèles acolytes [le collectif d’architecture multi-disciplinaire d’Eindhoven] Edhv, nous réalisons actuellement des plans visionnaires pour des maisons de vacances. Dans quatre mois, nous avons le Salone del Mobile, ainsi qu'une exposition passionnante à la fin de l’année pour la Dutch Design Week dans notre ville natale Eindhoven. Nous recherchons et créons du contenu pour notre livre, qui célèbrera nos 10 ans d’existence, d’une certaine manière.

 

La prochaine édition de Dutch Invertuals, Mutant Matter, co-organisée avec Franklin Till, ouvrira au public en avril pour le Salone del Mobile, Via Pastrengo 12 à Milan. À consulter ici !

  • Text by

    • Annalisa Rosso

      Annalisa Rosso

      Annalisa is a freelance journalist, trendsetter, and independent curator often hired as an Italian correspondent on design and contemporary art. She is curious about everything, always looking for something new. Because unrest is a good engine.

Découvrez plus de produits