Les talents émergents de la Stockholm Design Week


Sky's the Limit

La Stockholm Design Week qui se déroule tous les ans vient de se terminer, et nous sommes très heureux d’annoncer que cette édition a été florissante en jeunes talents. Ci-dessous nous en présentons quelques-uns, dont nous espérons voir de nombreuses créations dans les prochaines années.

Jeu conceptuel à HDK

Durant la semaine, même si les événements sont répartis tout autour de la ville, le cœur des festivités se situe dans la Stockholm Furniture Fair. Et bien que le gros de la foire soit consacré aux dernières nouveautés des marques de production commerciales, le “Greenhouse”, une zone dédiée aux jeunes talents a été pour nous la partie la plus excitante.

C’est ici que la HDK (Academy of Design and Crafts at the University of Gothenburg) a ravi ses visiteurs avec “Almost Complete,” une présentation à l’approche conceptuelle, révélant des objets qui ne deviennent “complets” que lorsque leurs observateurs interagissent avec eux. Parmi les créations remarquables, on note l’installation de Nihan Aycan, (un)spaced, un objet comparable à un écran composé de verre acrylique et de feuilles de verre dichroïque, aux nuances multiples, translucide et réflectif. La perception de l’espace change selon la position depuis laquelle on regarde cette très jolie pièce, à travers elle ou autour d’elle. Comme l’explique Aycan, (un)spaced “met au défi l’observateur de discerner ce qui est virtuel et ce qui est réel et remplit sa fonction en créant des effets d’illusion dans l’espace qui ne sont pas physiquement identifiables.”

Dans une veine similaire, la très chic Occa Wall Lamp de Mikael Martinsson laisse aux mains de l’observateur la beauté transitoire d’un coucher de soleil, interrogeant en même temps la vertu de cette décision. Alors que l’on déplace la forme ronde vers le haut ou vers le bas, le long de son rail en laiton, la lumière change de couleur et d’intensité. Selon le jeune designer, “Certaines choses ne sont pas censées être contrôlées. Beaucoup considèrent le coucher de soleil comme une expérience complète et belle. Sa nature éphémère et incontrôlable nous oblige à en profiter à un moment spécifique, ou bien elle disparaît. En donnant à l’utilisateur la capacité de contrôler le coucher de soleil, l’expérience n’est plus complète. La lampe devient une paraphrase inachevée et un pastiche de l’original.”

Les vertues du temps à l’honneur à Capellagården  

Fondée en 1960 sur l’île de Öland par la légende du design suédois Carl Malmsten furniture, Capellagården est une école de fabrication spécialisée dans les meubles, les céramiques, les textiles et le jardinage bio. Avec le Greenhouse, le stand de l’école sort du lot de par son artisanat et son travail réalisé à la main, “purs”. Rappelant les grands designs mid-century suédois, les objets faits à la main en bois par les étudiants sont beaux, fonctionnels, confortables. C’est en fait tout ce qu’il y a de plus charmant pour évoquer les visions romantiques pensées par les étudiants qui travaillent tout au long de la nuit, dans un atelier situé sur une île idyllique au Sud de la Suède. Une image forcément apaisante, mais qui le devient plus encore lorsqu’elle est juxtaposée au côté plus commercial de la foire.

Chaise Mallgrodan par William Liljeblad Photo propriété du designer Le banc en chêne de Johanna Metsalo, Jyoti Chair, large et près du sol, dominé par une grande corde noire était à la fois dramatique et élégant. HUA Seat de Peter Pålsson, inspiré par “les idées modernistes sur les machines et sur les meubles” et par des assises trouvées dans des anciennes usines et dans des véhicules (et qui rappellent en même temps les membres des mantes religieuses), présente un cadre en chêne, un siège en cuir végétal cousu à la main, des accoudoirs et un dossier fait en bouleau laminé “une technique”, nous informe Pålsson, “fréquemment utilisée pour la fabrication des poignées de couteaux en Scandinavie et en Finlande.” Mais la cerise sur le gâteau, selon nous, revient à la Mallgrodan Chair de Liljeblad. Inspirée par le travail de ses héros mid-century Scandinaves, la chaise de Liljeblad, transcende par ses lignes exquises, ses magnifiques sièges et accoudoirs “flottants” et la tension visuelle qui l’anime : elle semble à la fois gracieusement installée à sa place, et prête à décoller à tout moment.

Selon Liljeblad, “Cela m’a pris à peu près deux semaines pour dessiner et concevoir la chaise et pas loin de quatre mois pour en construire deux.”

Bibliophil par Studio Bonpart Photo propriété du designer D’autres perles du Greenhouse

Parmi les nombreux efforts solo, les ingénieuses Breton Shelves, faites à la main par Studio Marfa, jouent un double jeu. Est-ce du béton ? Est-ce du bois ? Ce sont en fait des planches en bois, mais réalisées dans un moule flexible fait en bois naturel recouvert d’une écorce. Les pièces qui en résultent capturent tous les détails naturels du bois. Selon le designer Janis Fromm, basé à Hamburg, “Le bois utilisé durant le procédé laisse sa structure comme une empreinte de doigts dans les murs.”

Le Studio Bonpart de Vienne a aussi attiré notre attention avec Bibliophil, une étagère en acier et en frêne arborant des projecteurs magnétiques qui peuvent être déplacés pour s’adapter à la préférence de l’utilisateur. Né au Danemark, l’étudiant en design basé à Herning Mathias Bek joue avec le pouvoir de la réflection avec sa Bliss Lamp, en acier enduit, en béton et en cuivre. Selon le jeune et dynamique Danois, l’inspiration lui est venu de “la lumière de la lune et de la surface des planètes de notre système solaire.” Et le monumental Människofällan (Human Trap), d’Evelina Kollberg, une unique aire de jeux-slash-pour adultes-slash-sculpture-slash-interactive en crochet, était certainement l’objet le plus surprenant et le plus joyeux de cette semaine. Selon Kollberg, “En tant que femme, j’honore la tradition féminine du crochet, en crochetant et maximisant le volume pour occuper l’espace de la pièce.”

Passé, Présent et Future à la Stockholms Auctionsverk

Finalement, au delà des foires, l’Auctionsverk de Stockholm et la Svensk Form ont accueilli Young Swedish Design: Past, Present, Future, une exposition et vente aux enchères de travaux par les gagnants de Ung Svensk Form (Young Swedish Design) des dernières 18 années.

Une des expositions les plus inspirantes de la semaine, et un hommage au nouveau cru de jeunes talents de Suède, la présentation a mis côte à côte les travaux des gagnants à côté de nouveaux objets des même designers. Le curateur et designer Nick Ross a posé la question “Où en sont-ils maintenant?”, qui a donné de merveilleux résultats. Des objets notables incluent Neon Sky Light de Petra Lilja, la minimaliste DREIPendant Light de Katrin Greiling, des pièces de la propre série de Nick Ross Little White Lies et le meuble de rangement Dear Disaster de Jenny Ekdahl.

C’était une semaine fabuleuse, dont nous sortons avec une tonne d’inspiration en réserve ! Attendez-vous à voir plus de travaux de la part de ces jeunes talents qui montent.

Découvrez plus de produits