Douze raisons d'aimer Simone Brewster


En Bref

Par Audrey Kadjar

Avec une approche alliant la culture caribéenne et l’essence du modernisme du 20ème siècle, la londonienne Simone Brewster est devenue l'une des voix les plus singulières du design contemporain. Son travail se compose de bijoux, meubles, objets mais aussi de dessins. Ils reflètent sa formation en architecture, marquée par son dévouement à la pureté de la forme. Cette simplicité, cependant, est loin d’être calme ou sans émotion. Chaque pièce de Brewster est comme une amulette élégante qui attire l'œil et réchauffe le cœur. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à le remarquer : Brewster a été invitée à exposer dans un certain nombre de sites prestigieux comme l'ambassade britannique pendant les Jeux olympiques de 2012, le Royal College of Art et la Saatchi Gallery.

Nous suivons Brewster depuis le lancement de sa collection Tropical Noire au London Design Festival en 2014. C’est pourquoi, nous avons été ravis de faire la connaissance de ce talent unique. Voici un aperçu des raisons pour lesquelles nous sommes de si grands fans.

 

1. Si vous pouviez choisir une seule couleur pour vos créations, quelle serait-elle et pourquoi ?

Noir. Le noir est élégant et sophistiqué ; il ne nécessite aucun effort. Les meubles en bois sombre me parlent particulièrement. Cela me rappelle la maison de mes parents et mon enfance, ou bien encore les meubles coloniaux et la sculpture africaine. C'est authentique.  

2. Quel est votre objet de design indispensable ?

Une lampe de bureau. Je dois dire que cette réponse peut être un peu biaisée, puisque je suis actuellement à la recherche d'une lampe de remplacement pour mon propre bureau. J'ai admiré certains classiques et je me suis demandé lequel choisir : Anglepoise, Tolomeo , or Tizio ?

3. Pouvez vous nous montrer une photo de votre bureau ?

Non, c’est un secret.

Step Stools in Solid Ebonised Tulipwood by Simone Brewster Photo © Simone Brewster 4. Quelles sont les recherches qui enrichissent le plus votre pratique à l'heure actuelle ?

Une grande partie de mon inspiration est tangentielle. Je m'intéresse souvent à l'art et à la sculpture, ce qui est typique pour quelqu'un qui crée des œuvres en trois dimensions. Cependant, je m'intéresse aussi à l'histoire et aux artefacts historiques. En ce moment, je suis captivé par certains artefacts coloniaux trouvés dans la collection du Victoria & Albert Museum . En ce qui concerne la fabrication, je m'intéresse aux techniques de moulage et à la fabrication de moules.

5. Lequel de vos projets vous obsède le plus en ce moment ?

Je travaille actuellement sur une commande - une nouvelle collection d'assises et d'objets inspirés par la forme féminine. C'est quelque chose que j'ai déjà abordé dans mon travail, mais je le vois sous un angle différent ; je suis très enthousiaste quant à la direction que cela pourrait prendre. C'est en fait tout un nouveau recueil d'œuvres sous forme de dessins et de pastels à l'huile, que je traduirai ensuite en compositions tridimensionnelles. C’est un projet à suivre...  

6. Que feriez-vous si vous n'étiez pas designer ?

Je serais un professeur d'université ou un sculpteur ou un fabricant.... mais attendez, je le suis déjà ! Je crois que nous devrions essayer de vivre certaines parties de nos rêves - en gardant "et si" dans la tête au quotidien. Même si la vie ne vous permet pas de travailler dans le domaine de vos rêves, vous pouvez toujours vivre, même en petite partie, pour vous-même. Si je travaillais dans un magasin ou comme serveuse, je trouverais tout de même un moyen pour réaliser mes oeuvres. Le manque de reconnaissance ne m'empêcherait pas de faire ce que je fais.

7. Si vous pouviez ramener un designer ou un artiste à la vie, qui serait-ce ?

C'est une question impossible. Les artistes ont-ils leur mot à dire ? Si je ramène Frida Kahlo, sera-t-elle contrariée que je la ressuscite ? Si je ramène Aaron Douglas, sera-t-il revigoré par la progression sociale ou déçu ? Si je ramène Brâncuși, pensez-vous qu'il me laissera son studio ?

Simone Brewster and her Maid Table in Sapele, Tuplipwood, and Glass Photo © Jessica Kassin 8.Comment réagissez-vous aux critiques ?

J'écoute. J'ai étudié l'architecture à la Bartlett School of Architecture à l'University College London. Le fait d'accrocher mon travail au mur - au début de mon parcours créatif - lors des évaluations critiques a endurci mon ego face au jugement. Je ne me sens pas en droit de recevoir des éloges, et il y a beaucoup à apprendre de ceux qui ne pensent pas et ne voient pas comme moi. La critique a sa place et est absolument nécessaire dans le cadre de mon processus créatif et de la croissance individuelle.

9. Pouvez-vous nous donner cinq liens vers des choses que vous pensez que nous devrions connaître ?

NPR Music : Je le mets toujours lorsque que je travaille, jouant en arrière-plan. Cela m'a fait découvrir tant de joyaux cachés.
Brainpickings : Un endroit idéal pour aller à la recherche de livres qui contiennent de la sagesse de toutes les époques. Ce site m'a orienté vers tant de belles idées.
Akala : Cet homme apporte une telle contribution au dialogue social et au changement que si vous ne le connaissez pas encore, vous le connaîtrez bientôt.
The Jealous Curator :  Nous connaissons tous les grands noms, mais quand je suis à la recherche de nouvelles voix et d'un peu d'inspiration, c’est là où je vais.
City Like You : Une façon perspicace de regarder vos destinations de voyage à travers les yeux des artistes qui y vivent.

10. À quand remonte la dernière fois où vous n'avez pas dormi durant deux jours ?

Honnêtement, je ne saurais pas dire - probablement durant un voyage à Venise ou à Lagos.

11. Quel est l'objet le plus fonctionnel que vous possédez ?

Mes feuilles blanches de papier A4.

12. Quel est le pire conseil que vous ayez reçu et que vous n'avez pas suivi ?

Lorsque j'étais adolescente, mon école a demandé à chacun de ses élèves de rencontrer un conseiller en orientation professionnelle. Quand on m'a demandé ce que j'avais l'intention de faire à la fin de mes études secondaires, la jeune fille de seize ans que j’étais, impatiente, a répondu avec enthousiasme que je voulais devenir architecte. (Je n'avais pas enregistré le design en tant que profession à l'époque). Avant même de regarder mes notes ou le rapport des enseignants, la conseillère a regardé la jeune fille assise devant elle et lui a dit : « Pourquoi ne considérez-vous pas quelque chose de plus réaliste et accessible, comme le secrétariat ? »

 

  • Text by

    • Audrey Kadjar

      Audrey Kadjar

      Née aux Etats-Unis dans une famille française, Audrey a grandi dans plusieurs pays. Avant de rejoindre Pamono, elle a étudié l'histoire de l'art à Londres et a travaillé dans le secteur culturel. Quand elle n'est pas occupée à rédiger des profiles de designers, elle écrit pour des magazines culturels, travaille sur son zine experimental ou sur ses projets d'art et de photographie.

Découvrez plus de produits