Découvrez la designer libanaise multi-cartes Nada Debs


Tout finit toujours par se mettre en place

Designer libanaise talentueuse et polyvalente, Nada Debs a grandi au Japon et a étudié à la Rhode Island School of Design avant de retourner à Beyrouth pour lancer son studio éponyme. Elle a ensuite développé son entreprise, de la conception d'intérieurs et de meubles à la supervision de sa propre production et au développement de sa marque, mettant toujours en valeur son point de vue multiculturel unique.

Actuellement à la tête d'une équipe de 20 designers, elle produit une collection annuelle de meubles sous sa propre marque, tout en répondant aux commandes de clients privés et de marques d'intérieurs internationales. Elle crée même à l'occasion des œuvres d'art. L'esthétique de l'atelier est fortement influencée par ses origines et expériences culturelles, combinant des éléments décoratifs délicats avec une sensibilité contemporaine et une expertise dans le domaine de l’artisanat. Toujours chics et raffinées, les pièces audacieuses de Nada Debs parlent d’elles-mêmes.

Nous avons eu la joie de rencontrer cette prolifique étoile montante du design alors qu'elle rentrait d'un voyage trépidant à Milan. Elle nous a offert un agréable aperçu de son amour pour l'artisanat, la culture et le storytelling.

 

Pamono : Qu'est-ce qui vous a attiré vers le design ? Comment vous êtes-vous retrouvée dans cette industrie ?

Nada Debs : J'ai toujours eu une passion pour le design et j'ai toujours aimé dessiner, colorier et travailler avec mes mains depuis mon plus jeune âge. Quand je suis allée étudier l'architecture d'intérieur à la Rhode Island School of Design aux États-Unis, j’ai été captivé par un cours en particulier : le design de mobilier, où il était possible de rassembler différents matériaux dans un objet fonctionnel. Cet enthousiasme m'a donné envie de continuer à fabriquer des meubles même pendant les week-ends quand je travaillais comme architecte d'intérieur. C'est vraiment l’amour pour l'artisanat et le design de meubles qui m'a mené là où je suis aujourd'hui.

P : Vous avez une biographie passionnante et vous avez vécu dans tant d’endroits dans le monde. Quel est votre lieu préféré et pourquoi ?

ND: J'adore être à Kobe et à Beyrouth. Les deux villes ensemble me font me sentir entière. Ce sont des cultures opposées à bien des égards et cela fait écho à mon sens de la dualité.

P : Citez un domaine de recherche ou une idée importante qui vous inspire à l'heure actuelle.

ND : Ce qui m’obsède c'est de trouver comment maintenir en vie l'artisanat malgré la technologie qui en prend le contrôle. Je travaille donc beaucoup sur des techniques artisanales qui ne peuvent pas être imitées par la machine.

P : Quel est votre matériau de travail préféré et pourquoi ?

ND : J'adore le bois. Je sens que c'est un matériau vivant. Chaque grain est différent et chaleureux au toucher. On peut le poncer ou le garder brut. Il a une âme.

P : Vous avez parlé de l'importance des émotions et du storytelling dans votre travail. Pouvez-vous nous raconter l'histoire d'un tournant dans votre vie ?

ND : J'ai toujours été une solitaire et pensé que je ne correspondais à aucune culture (même si j’en ai toujours eu très envie). Lorsque j'ai déménagé à Beyrouth et visité pour la première fois l'atelier de marqueterie syrien, j'ai été touché par la fierté et la passion des artisans. J'ai aussi réalisé que le métier avait besoin d'être modernisé, et Eurêka, j’ai eu une idée pour répondre à cette problématique. Lorsque j'ai pu intégrer ma sensibilité esthétique japonaise à l'artisanat moyen-oriental, puis créer une nouvelle vision, j'ai réalisé que la fusion de deux cultures opposées pouvait être un atout et non un obstacle à ce que j'étais.

P : La tradition et l'artisanat font partie de vos valeurs fondamentales. Quelle est l’une des traditions en voie de disparition que vous aimeriez faire revivre ?

ND : Je pense que la façon traditionnelle de souffler le verre est intéressante et que cela vaut peut-être la peine d'essayer de revoir les méthodes de travail tout en conservant son aspect artisanal. L'art de la marqueterie est également magnifique, et je crois qu’on peut explorer et étendre ses possibilités en utilisant différents matériaux.

P : La technologie sauvera-t-elle le monde ou le détruira-t-elle ? Y a-t-il des technologies qui ont changé votre vie ?

ND : Nous ne pouvons nier la présence de la technologie, et je crois qu'elle doit être utilisée pour simplifier la vie des gens. Mais si la technologie prend le dessus sur l’Homme qui est ici sur terre pour faire (utiliser nos mains et nos doigts quand nous écrivons, peignons, sculptons ou créons, ou communiquons face à face), alors elle finira un jour par détruire la nature humaine. En tant que personne travaillant dans le domaine de l'artisanat, j'essaie de créer des objets qui utilisent nos mains autant que possible et qui s'appuient moins souvent sur la technologie, même si cela peut prendre plus de temps. Je dis toujours : « Aller lentement c’est la nouvelle vitesse ! ».

P : Quel artiste ou designer contemporain admirez-vous le plus ?

ND : Je respecte Patricia Urquiola, parce que je crois qu'elle mérite toute notre estime pour avoir amené des formes plus douces dans le design contemporain, ainsi que des techniques artisanales et l'inspiration de l'artisanat dans les objets industriels.

P: Lequel de vos propres designs vous obsède le plus en ce moment ?

ND : La collection Funquetry : un jeu amusant sur la marqueterie.

P : Quel conseil donneriez-vous à votre enfant de 18 ans, ou quel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu ?

ND : Faites ce que vous aimez, ce qui vous apporte de la joie et du bonheur quand vous le produisez. N'abandonnez pas, même si cela prend du temps pour réussir. Tout finit toujours par se mettre en place.

 

  • Traduction par

    • Pierre-Nicolas Mader

      Pierre-Nicolas Mader

      Nourri par l’univers des musiques électroniques, Pierre-Nicolas Mader a été bloggeur avant de travailler comme journaliste à Paris. Désormais compositeur, manager de labels, il continue d'explorer avec curiosité les différents aspects artistiques de la ville de Berlin depuis une décennie.

Découvrez plus de produits