Découvrez les trésors cachés du style industriel


La Beauté à l'État Brut

Par Gretta Louw

Un simple murmure des mots “Style Industriel“ est amplement suffisant pour faire rêver un passionné de design. Néanmoins, si vous pouviez capturer leur pensées en image, il y a beaucoup de chance que chaque conception soit différente. Pour certains il s’agit uniquement de minimalisme et d’espaces délimités: lofts décloisonnés aux murs de briques apparentes, de ciment poli et dotés d’imposantes bibliothèques en métal ainsi que de canapés Chesterfield capitonnés en cuir. Pour d’autres, il s’agit d’avantage d’un regroupement éclectique d’objets historiques, imprégnés des souvenirs d’époques révolues : un banc d’église usé en chêne, un projecteur réglable d’un navire militaire, une chaise en contreplaqué d’une salle de classe des années 1950 ou encore une armoire en acier d’une mercerie anglaise. Les nombreux partisans du style industriel peuvent avoir des préférences bien distinctes et pourtant ils vénèrent tous le passé et se dévouent totalement à la célébration de la prééminence du fond sur la forme. Chaque individu qui proclame fièrement son opinion sur le style industriel déclarera souvent : « On en fait plus des comme ça ! »

Le nom même de style industriel évoque la révolution industrielle, cette période historique lorsqu’une large partie de la population mondiale s’est convertie en ouvriers dans les nombreuses usines naissantes. Compte tenu de l’investissement lié à l’ouverture d’une nouvelle usine au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, il n’est pas surprenant que le mobilier d’intérieur et les luminaires aient été conçus à l’aide des matériaux disponibles les plus résistants, tels que le métal et le bois, et sensiblement dépourvus de décoration. Dominés par des lignes nettes, des jointures exposées et des structures simples, ce mobilier d’usine a débuté son existence comme des objets purement utilitaires, favorisant le fonctionnel plutôt que la décoration (ce qui sera le fondement du style contemporain industriel dans la décoration d’intérieur). Mais avec le temps, cette pureté de forme a pris un tournant nostalgique face à la prolifération du mobilier de mauvaise qualité et facilement remplaçable.

Les vendeurs hongrois Ákos Szabó et Sára Kóger, de la toute nouvelle boutique Arteria, sont très compétents dans cette recherche contemporaine du passé. Le duo soutient l’hypothèse que ce qu’on appelle aujourd’hui le style industriel s’est développé par nécessité il y a des décennies. Dans les années 1960 et 1970 à Manhattan, les artistes étaient à la recherche d’un endroit spacieux et bon marché à la fois pour vivre et travailler. C’est le cas par exemple de Judd, Warhol et Basquiat qui ont alors commencé à coloniser de vieux entrepôts et ateliers et se sont familiarisés avec un mobilier au design pur et simple d’usines désaffectées. Des tendances similaires dans le marché de l’immobilier ont vues le jour à Londres, Los Angeles ou encore Berlin. Selon les mots des fondateurs d’Asteria : « Ce style n’était pas prédéfini mais il était plutôt une adaptation naturelle aux circonstances post-industrielles. C’est seulement par la suite que ce style est devenu très cool et tendance ». Le phénomène de gentrification a donné lieu à une progression de la classe moyenne ou supérieure au sein des espaces normalement fréquentés par les artistes. Par la suite, comme Szabó l’explique, la population s’est rendu compte que « ces trésors (design simple, lignes géométriques et matériaux bruts) sont extrêmement rares. L’esthétique qui était à la base purement utilitaire est alors devenue désirable ». Et ce n’est certainement pas une coïncidence si la popularité du style industriel est montée en flèche juste au moment où le marché était inondé par des produits lisses, voire sans personnalité selon certains, des produits en chrome impeccable et plastique à haute performance. Pour beaucoup, il était nécessaire de trouver une alternative et de rétablir une certaine sentimentalité.  

Alors que la tendance du style industriel continue de prendre de l’ampleur, chaque interprétation est personnelle. Par exemple, Asteria représente un duo d’explorateurs et d’artisans. Après avoir quitté Londres, ils sont rentrés en Hongrie et ont construit un petit nid parfait pour partager leurs valeurs. Ils ont constitué une collection de « tuyaux rouillés pour le comptoir de cuisine, des lampes de bureau récupérées pour l’espace de travail, des tabourets d’ateliers dans la salle à manger », etc… et il n’a pas fallu longtemps pour que les premiers compliments se bousculent à leur porte, souvent accompagnés de la question : « Où est-ce que vous avez déniché tout ça ? ».

A vrai dire, Szabó et Kóger ont puisé une grande partie de leur nouvelle décoration directement dans une usine désaffectée non loin de leur ville natale. Le couple cite sa découverte d’endroits oubliés comme étant leur principale source d’inspiration : « Le sentiment est indescriptible lorsque vous trouvez un endroit merveilleux qui a été si bien préservé par le temps et la poussière ». Avec de l’amour, des compétences et des yeux d’expert, ces alchimistes sont capables de changer un déchet en de l’or. Ils se répétent inlassablement que « les gens aiment savoir que leur mobilier ait eu un passé ».

Cependant, une raison bien plus pratique se cache derrière la popularisation de la tendance du style industriel. Jacqueline Latham, de la boutique vintage galloise Unique Vintage Industrial, la résume bien lorsqu’elle explique que sa passion du mobilier industriel réside dans le fait qu’elle « a été élevée par une famille qui a pour principe de ne pas gaspiller ». En effet, Latham adore donner une deuxième vie aux objets abandonnés. Et tout comme Szabó et Kóger l’expliquent « les gens ont commencé à se rendre compte que consommer moins et rendre utile à nouveau quelque chose qu’ils possèdent déjà est super cool ».

Le style industriel est un mélange éclectique de pièces de brocantes, d’antiquaires, de réalisations créatives de surcyclage et de nouvelles créations à l’esprit rétro, inspirées d’une quincaillerie. Dans certains cas, des pièces sont découvertes en parfait état et il suffit simplement de les nettoyer soigneusement ou encore de les restaurer en respectant leur patine d’origine. Par exemple, la Table à Dessin d’Architecte  des années 1890 du designer et vendeur Drew Pritchard, ajouterait une touche spectaculaire à n’importe quelle cuisine contemporaine grâce à son design accrocheur : un élément central rustique surmontée d’un bouquet de fleurs. D’autres pièces sont des hybrides, créés grâce à la fusion des vestiges de l’histoire avec les nouvelles tendances de notre société. C’est d’ailleurs la définition parfaite pour cette Table de Rangement, vintage industrielle qui est tout simplement unique grâce au mariage époustouflant de caisses vintage empilables et de bois récupéré. Parfois, l’adaptation d’objets étranges est la meilleure façon pour avoir un plus grand impact. Prenez par exemple ce Cheval d’Arçons des années 1950 vendu par la boutique néerlandaise Mass Modern Design : il pourrait se transformer en une sorte de tabouret dans une entrée, ou en un support style bobo pour plantes vertes ou encore en une touche chaleureuse et bienveillante à votre intérieur.

Cheval d’Arçons, 1950s, par Mass Modern Design ; Canapé Chesterfield et Table de Rangement Industrielle ; Table d’Architecte, 1890s, par Drew Pritchard Cheval d’Arçons, 1950s, par Mass Modern Design ; Canapé Chesterfield et Table de Rangement Industrielle ; Table d’Architecte, 1890s, par Drew Pritchard

Le style industriel s’adapte selon les désirs de chacun. Alors que les fidèles pourraient convoiter l’expérience de s'immerger dans un ancien entrepôt industriel converti en loft, il y a cependant beaucoup d’autres façons d’incorporer une touche industrielle à n’importe quel intérieur. Pritchard est un maître du mélange de pièces de style industriel et d’objets venant de différentes époques. Le but est de créer une atmosphère plus classique que révolutionnaire mais tout en conservant cette touche brute irrésistible. Lorsque nous lui avons demandé comment il avait réalisé cet alliage harmonieux au look éclectique, Pritchard nous a modestement répondu : « Je n’y réfléchis pas tant que ça. Je ne suis pas intéressé par la mode ou les tendances. Ce qui m’intéresse vraiment, ce sont les lignes épurées, les choses qui ont une âme ». Toutefois, cet instinct ne vient pas de nulle part. Pritchard réfléchit alors : « Mon père était un artiste et un écrivain. Dès mon plus jeune âge, il me disait de regarder attentivement les choses, de déceler ce qui cloche ou ce qui va bien dans chaque chose. J’ai su dès l’âge de 11 ans que je voulais devenir un antiquaire ». Quelle est donc la plus grande priorité d’un vendeur présent sur le marché depuis des décennies, qui vend quotidiennement des pièces à des architectes d’intérieur de renommée internationale et qui travaille actuellement sur de divers projets tels que la décoration de la maison d’une rock star ou encore d’un hôtel en Chine ? : « Ce que j’aime vraiment c’est lorsque que vous trouvez quelque chose que vous n’avez jamais vu auparavant. La patine et l'originalité font tout ».

La plupart s’accorde pour dire qu’une patine authentique est ce qui imprègne de magie les pièces industrielles. C’est pourquoi n’importe quel vendeur réputé encourage les collectionneurs à demander l’origine et la provenance de chaque pièce achetée. Certains vendeurs offrent même un service personnalisé pour s’adapter aux besoins spécifiques de leurs clients. Anna Hopson de la boutique anglaise Wolf & Hare, déclare : « Ils sont tous attirés par le caractère unique des pièces industrielles que nous stockons. Contrairement aux répliques modernes, nous croyons que c’est l’artisanat de qualité qui leur a permis de résister à l’épreuve du temps… apportant à chaque pièce un certain charme, une fantaisie, de l’orginalité et un cachet particulier ».

Que ce soit le sentiment que l’objet transporte les détails d’une histoire intriguante, gravés sur sa surface, ou que ce soit cette tendance cool et insaisissable des artistes qui dépassent les limites, il y a beaucoup de facteurs qui rendent le style industriel si attractif : la stabilité, la solidité, la présence, l’histoire et une patine authentique ; une exposition honnête de son propre but et de sa matérialité. Tout ceci est peut-être dû au fait que la qualité semble si rare dans notre ère digitale surmédiatisée. Peut-être que la durabilité et l’utilité représentent une antithèse appréciée pour contrer l’obsolescence programmée et la culture du jetable. Ou peut être simplement que, comme nous l’a déballé Latham: « le style industriel regorge de merveilles». Peut importe après tout, le style industriel est là pour durer et les opportunités de décoration pour un design d’intérieur créatif sont presque infinies.

 

  • Text by

    • Gretta Louw

      Gretta Louw

      Née en Australie, élevée en Afrique du Sud, Gretta vit désormais en Allemagne. Elle est une globe-trotteuse, une artiste multi-disciplinaire et une amoureuse des langues. Elle a obtenu un diplôme en Psychologie et a un penchant très avant-gardiste.

Découvrez plus de produits