L'avant-garde design dessine un nouveau paysage de la ville


Das ist Berlin : Partie 1

Par Anna Carnick

Avec sa scène high-tech, artistique et fashion, influencée par les flux de réfugiés et d’expatriés du monde entier, la ville d’accueil de Pamono, Berlin, fait maintenant partie des villes les plus dynamiques du monde. Même du point de vue de quelqu’un d’installé ici depuis peu, car j’ai déménagé de New York il y a seulement six mois, Berlin semble connaître une recrudescence de changements sans précédent. Cette évolution est d’autant plus imprévisible que la métropole associe ancien et nouveau, brutalité et beauté, richesse et pauvreté. En tant qu’amoureuse du design, je ne peux m’empêcher de m’interroger : qu’est ce que cette fluidité politique, sociale et créative apporte aux designers de la ville ?

Ces dernières années, nous avons discuté avec mes collègues au sujet de plusieurs designers basés à Berlin dans le but de comprendre la manière dont ils y vivent. Qu’est-ce qui les amène à Berlin, qu’est-ce qui les fait rester, et à quoi ressemble le futur de la communauté design berlinoise ? L’histoire du design à Berlin est indissociable de l’influence du Bauhaus, fondé à Weimar en 1919 par le génial Walter Gropius. Cette école d’art légendaire en faveur des “bons designs pour tous” a développé des objets du quotidien à la fois rationnels, fonctionnels et des produits en masse connus dans le monde entier, peut-être encore plus en Allemagne.


Depuis le début des années 2000, une poignée de designers comme Jerszy Seymour, Eyal Burstein, et Werner Aisslinger ont fait de Berlin leur base en tant que pionniers d’une approche conceptuelle. Mais à mesure que de plus en plus de créatifs s’installent à Berlin, un sens esthétique et uniforme au sein de la communauté manque aux créateurs berlinois.

Il y a plusieurs raisons à cela. Géographiquement, Berlin est une ville étendue, et les designers sont souvent situés aux antipodes et peinent à communiquer. En comparaison avec d’autres villes de la même envergure, Berlin offre seulement quelques institutions ou événements pour associer la communauté de designers. Lentement mais sûrement, les relations et les interdépendances se précisent parmi la population et l’économie.

Quand on lui demande de décrire l’évolution de la scène design depuis 2000, Werner Aisslinger nous raconte qu’elle est plus “connectée qu’autrefois. Avec la scène des start-up et des agences créatives en pleine expansion, les designers berlinois font à présent partie d’un monde design globalisé, et non plus d’une île isolée comme l’était autrefois Berlin. Avec moins de pression économique que dans des villes comme Paris ou Londres, être designer dans cet environnement créatif est d’autant plus facile qu’on peut s’associer avec l’industrie créative. Berlin est un endroit très excitant pour les designers aujourd’hui.”

Alors que le monde semble être de plus en plus instable, l’un des forces principales de la ville est sa diversité, et son désir de soutenir et d'accueillir des personnes du monde entier. Par exemple, chez Pamono dans le quartier de Charlottenburg, nous sommes une quarantaine d’employés issus d’une dizaine de pays différents. Je suis souvent hébétée par notre petit microcosme, et ce sentiment est partagé par de nombreux designers auxquels j’ai parlé.

Ils sont attirés massivement par la diversité de cette capitale, sa haute qualité de vie, ses grands espaces abordables, la liberté culturelle et l’innovation créative. La scène design berlinoise semble aborder un nouveau chapitre.

Aujourd’hui, les designers s’éloignent du fonctionnalisme pur pour s’axer sur les processus. Cette nouvelle garde est bien placée pour réinterpréter l’héritage vintage de ses prédécesseurs emblématiques et pour forger collectivement un design contemporain allemand plus défini. Selon Katrin Krupka, designer de longue date à Berlin, “le design est l’élaboration de principes et de structures, de contenus et de formes contemporaines. Le but du Bauhaus était de fixer de nouvelles normes avec les matériaux et la technologie. En cette période de crise écologique, économique et culturelle, c’est plus pertinent que jamais. Pour moi, Berlin est l’endroit idéal pour contribuer à ce discours.”

 

Lisez la suite pour découvrir les talents exceptionnels qui contribuent au design berlinois contemporain, avec MY KILOS, Krupka-Stieghan, Katrin Greiling, Elisa Strozyk, Anna Badur et Philipp Käfer—Nous apprendrons à connaître la ville avec leurs propres mots.

 


Das ist Berlin: Une conversation avec la designer Anna Badur: Lire ici.










 

 


Das ist Berlin: Une conversation avec Philipp Käfer: Lire ici.












 

 
Das ist Berlin: Une conversation avec la designer Elisa Strozyk:  Lire ici.
 












 

Das ist Berlin: Une visite avec Krupka-Stieghan:  Lire ici.

 












 
Das ist Berlin: Une visite avec MY KILOS:  Lire ici.

 












 
Das ist Berlin: Une visite avec Katrin Greiling: Lire ici.
 
  • Text by

    • Anna Carnick

      Anna Carnick

      Anna est la Rédactrice en Chef de Pamono. Ses textes ont figuré dans plusieurs publications d'art et de culture et elle a rédigé plus de 20 livres. Anna aime rendre hommage aux grands artistes et elle apprécie tout particulièrement les bons pique-niques.
  • Photos by

    • Ramtin Zanjani

      Ramtin Zanjani

      Autre son rôle de Directeur de la Photographie, Ramtin a aiguisé son regard après des années à photographier des produits, à faire de la direction artistique, de la publicité et des travaux documentaires. Il n'aime pas trop en parler mais il a quelques photos disponibles sur SaatchiArt.com. 

  • Photos by

    • Marco Lehmbeck

      Marco Lehmbeck

      Marco est né et a grandi entre les forêts et les lacs proches de Berlin, puis il a étudié la création littéraire à Hildesheim et la photographie à Berlin. Il fait aussi partie de l’équipe organisatrice du festival de music indie Immergut. Il adore voyager, le Club Mate, les avocats et vous le verrez toujours porter un chapeau.

Découvrez plus de produits